karinanicolas_5photo: Nadine Boulianne

Nicolas Paquet
Nicolas Paquet est cofondateur de franC doc. Il a notamment produit les documentaires Verdoyant pure laine, A beau venir qui part de loin et TER, tous tournés en milieu rural. En 2009, il a réalisé son premier film: L’âme d’un lieu – autopsie d’une boulangerie. Son premier long métrage documentaire, La règle d’or, a été présenté dans plusieurs festivals et régions du Québec en 2011. Il a ensuite réalisé le long métrage Ceux comme la terre et le court métrage Les sucriers. Comme réalisateur, il recherche la beauté des petits mondes isolés dans les dédales des plus grandes injustices de notre temps.

Il poursuit actuellement des études de maîtrise en philosophie politique à l’Université du Québec à Montréal. Il explore le courant de pensées de la résurgence indigène, courant initié par le penseur mohawk Taiaiake Alfred.

Régionaliste par adoption, Nicolas Paquet défend la production et le rayonnement du cinéma en milieu éloigné. Il aspire à ce que le cinéma bas-laurentien prenne une place significative dans le panorama du 7e art national.

Karina Soucy
Originaire de Saint-Alexandre-de-Kamouraska, Karina Soucy est revenue vers sa terre natale pour adopter un style de vie qui est en adéquation avec ses convictions profondes et pour pratiquer son art, le cinéma documentaire et la vidéo d’art. Bien que ses séjours en Asie et en Afrique aient inspiré ses films, c’est la région qui l’entoure qui nourrie résolument son travail.

Elle crée un cinéma rural qui met en scène ceux et celles dont la parole et le quotidien sont rarement reflétés. Convaincue de l’importance d’un cinéma d’auteur fort, ses films sont l’occasion de mettre en images ses préoccupations sociales et son désir de solidarité. Elle a signé Verdoyant pure laine, A beau venir qui part de loin, le court métrage Au plus fort la piaule, Cul-de-sac du long métrage collectif TER, ainsi que la vidéo d’art (16h53). Elle est la récipiendaire 2010 du Prix à la relève artistique du Bas-Saint-Laurent.